Council of Nova Scotia Archives

Centre Acadien, Université Sainte-Anne

sainte-anne - 201732605

Aperçus de la vie à Baie Sainte-Marie

Le village de Clare, souvent appelé Baie Sainte-Marie, a été fondé par les Acadiens au cours de la seconde moitié du 18e siècle. Cette partie du sud-ouest de la province est la région acadienne la plus grande et la plus peuplée de la Nouvelle-Écosse. Parmi les habitants de Clare, beaucoup descendent des familles originaires de France ayant vécu dans la région appelée pendant 120 ans l'Acadie avant d'être exilés aux États-Unis au milieu des années 1700. Invoquant des questions de sécurité et doutant de plus en plus de la neutralité des Acadiens, les Britanniques les déportèrent dans les colonies américaines et à travers le monde à partir de 1755.

Après avoir vécu comme fugitifs pendant plusieurs années, les Acadiens furent peu à peu autorisés à revenir, à condition de prêter le serment d'allégeance et de s'établir dans différentes régions des Maritimes. Étant donné qu'en Nouvelle-Écosse, les terres acadiennes avaient été données aux Planters de la Nouvelle-Angleterre, les Acadiens durent s'installer sur des terres moins fertiles, principalement le long des côtes. En 1768, treize ans après le début de la déportation, Joseph Dugas fonda Grosses-Coques, le premier peuplement à Clare. D'autres familles, comme les Doucet, les Comeau et les LeBlanc, s'établirent dans la région peu de temps après. Alors que certains des villages de la région se trouvent à l'intérieur des terres, comme Concessions, Corberrie et Maxwellton, la plupart, dont Anse-des-Belliveau, Pointe-de-l'Église, Petit-Ruisseau, Saulnierville, Meteghan, Mavillette, Rivière-aux-Saumons, se suivent les uns les autres le long de la baie. L'économie de la région dépendait alors principalement de la pêche, de la construction de bateaux et du bois d'œuvre.

Devant tout recommencer, les conditions de vie des Acadiens qui revinrent dans la région furent pénibles. Ils parvinrent cependant à surmonter les épreuves de la déportation et de leur retour en vivant en autarcie et en appréciant les plaisirs simples de la vie. Selon les récits sur cette époque, les villageois se rassemblaient régulièrement pour travailler ensemble, mais également pour se divertir lors de repas, en chantant et en racontant des histoires. Isolés le long des côtes, ils menaient une existence rurale traditionnelle, cultivant une culture orale jusqu'au début des années 1800. Leurs chansons et récits traditionnels évoluèrent alors avec le temps et en fonction des nouvelles technologies, comme la radio.

Les photos, documents et objets de l'exposition virtuelle, qui proviennent des collections du Centre acadien, donnent un aperçu de la vie des Acadiens de Clare, surtout pendant la première moitié du 20e siècle. Comme vous pourrez le constater, la famille, la langue, la religion, l'autosuffisance, la musique et les chansons occupaient une place importante. D'ailleurs, à l'époque, la vaste majorité des habitants de la Nouvelle-Écosse menaient une vie semblable.

Cette exposition est le fruit d'une collaboration entre le Centre Acadien, la Société historique acadienne de la baie Sainte-Marie et un groupe de bénévoles. Nous tenons à remercier le Council of Nova Scotia Archives ainsi que les Archives publiques de la Nouvelle-Écosse d'avoir rendu ce projet possible et de nous avoir permis de contribuer à célébrer les 150 dernières années de nos communautés en présentant l'histoire acadienne et, plus largement, le patrimoine archivistique de tous les Néo-Écossais.

Le Centre acadien, qui a été fondé par J. Alphonse Deveau, véritable pionnier dans le domaine des études acadiennes, est un centre de recherche culturelle. Situé sur le campus de l'Université Sainte-Anne, à Pointe-de-l'Église, en Nouvelle-Écosse, il a pour mission de favoriser les travaux de recherche sur les Acadiens en permettant au public de consulter ses collections ainsi qu'en encourageant les activités et projets de recherche. Ses collections comprennent des documents, des cartes, des journaux, des objets ainsi que des enregistrements audio et vidéo. Le Centre acadien possède de plus une collection presque complète des journaux de langue française des Maritimes, ainsi que des collections de photos de photographes de talent comme John Collier Jr. et D.B. Fields.

sainte-anne  Logo

Pour en savoir plus sur le Centre acadien, consultez notre site Web.

              EN
 

Search Nova Scotia's Database of Archival Descriptions in

Council of Nova Scotia Archives — https://archives.novascotia.ca/communityalbums/Sainte-Anne/

Copyright © 2021, Council of Nova Scotia Archives.